NSK Varennes : Du suspense et des duels haletants

NSK Varennes : Du suspense et des duels haletants

14/05/2018

NSK Varennes : Du suspense et des duels haletants

Du suspense et des duels haletants pour la série à succès du karting français

Dimanche soir à Varennes sur Allier, tous les concurrents de la 2e épreuve de la NSK étaient unanimes pour vanter l’intensité du spectacle offert durant le meeting marqué par un superbe temps ensoleillé, une ambiance épatante, des plateaux fournis, un circuit apprécié et des courses passionnantes. D’ores et déjà, beaucoup de pilotes ont en tête l’un de ses fameux tickets d’entrée à la Grande Finale Mondiale Rotax au Brésil. Programmée le week-end du 1er juillet, la troisième épreuve 2018 de la NSK laisse déjà présager d’un final très attendu et exaltant sur le circuit international de Salbris. D’ici ces deux prochains mois, la pression va monter…

 

Minime: Outran gagne son duel face à Mérieux
3 victoires dans les manches pour Clément Outran contre une victoire et une pole position pour Kimi Mérieux… Le duel entre ces deux jeunes pilotes s’annonçait animé en finale et il le fut, avec un suspense qui a duré jusqu’au bout. Outran trouvait finalement l’ouverture et s’imposait devant Merieux. Déjà remarqué dans sa région en Rhône-Alpes, Stefano Ravoire est venu affronter les meilleurs Minimes à Varennes et s’en est sorti avec les honneurs, puisqu’il parvenait à compléter le podium avec brio. Pourtant, il avait des pilotes prometteurs à ses trousses comme Sacha Avril, Baptiste Quesada, Arthur Raphanel, Paul Grisel, Mathis Carnejac et Ylies Maillard, qui n’ont pas amusé le terrain. Animateur des manches, Maxens Verbrugge a dû renoncer.

 

Cadet: Victoire finale sur le fil pour Théophile Nael
Pas moins de 36 pilotes avaient répondu à l’appel de 3MK Events, si bien qu’on ne s’est pas ennuyé dans cette catégorie animée. Evan Giltaire réalisait la pole position, mais Louis Iglesias enchaînait trois succès consécutifs et prenait la tête du classement provisoire devant Théophile Nael, vainqueur à une reprise. En finale, Louis et Théophile parvenaient à creuser l’écart sur leurs poursuivants, s’expliquant entre eux jusqu’au dernier tour. Nael choisissait l’avant-dernier tour pour reprendre la tête. Peu avant l’arrivée, Iglesias tentait alors une manoeuvre pour récupérer son bien, mais la direction de course pénalisait Louis de 3 places, pendant que Théophile montait sur la première marche du podium.
Derrière, c’est Giltaire qui était rétrogradé de la 3e à la 8e place pour spoiler décroché. Les belles courses d’attaque d’Artus Lacroix et Léo Poncel étaient récompensés par les 2e et 3e places respectives. Augustin Bernier, Gaspard Simon et Matteo Spirgel ont également mérité de figurer au tableau de chasse finale dans cette catégorie.

 

Nationale: Rousseau Ricci surprend les favoris
Avec un riche effectif de 52 pilotes, les organisateurs ont dû organiser des séries qualificatives pour déterminer les 36 finalistes. La hiérarchie a été très changeante, avec la pole position pour Valentin Lumet, des victoires dans les manches pour Isack Hadjar, Andreas Hebert, Guilhem Crespin, Kevin Beneannin, Valentin Lumet et Guillaume Treillard De Quinemont. Ce dernier confirmait en gagnant la préfinale devant Esteban Masson. Mais nous n’étions pas au bout de nos surprises en finale, avec l’émergence d’un étonnant Florian Rousseau Ricci, qui saisissait sa chance avec beaucoup de maîtrise pour s’imposer face à Treillard De Quinemont.
Parti 18e, Dylan Léger assurait le spectacle en revenant escalader la 3e marche du podium devant Valentin Rebeyrolle et Guilhem Crespin, auteur d’un bond de 11 places. Pelet devait abandonner, tandis que Masson et Hadjar attendaient mieux que leur 6e et 10e positions respectives. Paul Fournier et Noam Abramczyk gagnaient leur place dans le top-10. De leur côté, Téo Grasset et Andreas Hebert, auteur du meilleur tour, ont perdu de belles places d’honneur en raison de pénalités pour carénage avant décroché.

 

Rotax Max: Nicolas Picot fait parler la poudre en finale
Deuxième en étant passé près de la victoire un peu plus tôt dans la journée en DD2, Nicolas Picot ne manquait cette fois pas de triompher. Il a su renverser la vapeur alors qu’il n’était que 9e après les manches. Avant la finale, Victor Bernier partait favori après sa pole position et ses deux victoires en qualification, mais il s’inclinait finalement face à Picot dans le dernier tiers de course. Il perdait même le podium suite à une décision des commissaires de le pénaliser de trois places.
Après un week-end passé aux avant-postes, Bastien Borget montait sur la deuxième marche du podium, suivi par Milan Petelet, plus performant le dimanche que le samedi. Très en vue en qualifications, Sacha Hebrard et Paul Fourquemin n’ont pas ménagé leurs efforts, sans pouvoir faire mieux que respectivement 4e et 6e. Derrière, un peloton d’une demi-douzaine de pilotes finissaient groupés en moins d’une seconde !

 

Rotax Master: Olivier Paris au dessus du lot
Si Rudy Champion sortait des chronos et des manches avec le dossard de leader, c’est Olivier Paris qui a fourni la plus forte impression en gagnant brillamment trois manches. Paris confirmait en finale qu’il était le plus performant, puisqu’il récupérait le leadership dans le 5e des 15 tours de course et n’avait plus quitté cette place jusqu’à l’arrivée, avec le record du tour en prime. Champion vivait une course relativement tranquille pour le gain de la 2e place devant Romain Mangé, qui a rapidement pris le meilleur sur Antoine Antier et Bruno Dos Santos. Derrière Cyril Martz 6e, Franck Lavergne, Matthieu Bourdon et Christophe Capitaine ont fini dans un mouchoir.

 

Rotax DD2: Paolo Besancenez fait la différence
Le meeting a commencé avec un chassé-croisé entre Nicolas Picot, vainqueur de trois manches, et Paul Louveau, auteur de la pole et d’une victoire en qualifications. Pendant ce temps, Palo Besancenez peaufinait ses réglages et tombait sur la bonne solution pour la finale. Il réalisait d’entrée un excellent début de course pour pointer en 2e position, avant de trouver l’ouverture sur Picot en fin de parcours. Derrière en 3e position sous le damier, Louveau pensait s’imposer en DD2 Master, mais c’était sans compter une pénalité pour sortie partielle du couloir. Lucas Joly ayant rapidement doublé Christophe Adams, c’est à lui que revenait l’honneur de compléter le podium.
Le Belge Adams n’en remportait pas moins la catégorie DD2 Master devant Louveau et Franck Lavergne, 7e au scratch. Le Britannique Jamie Billings s’est intercalé en 5e position de la finale après un gain de 4 places.